Archives de catégorie : Notre Blogue

Que faire en cas d’arthrose ?

«L’arthrose est la forme d’arthrite la plus courante. Elle touche plus de Canadiens que toutes les autres formes d’arthrite combinées. Toute l’articulation est atteinte par l’arthrose, qui cause la dégradation du cartilage et de l’os en dessous.

L’arthrose était autrefois décrite comme une arthrite dégénérative ou une arthrite d’usure. Cependant, des études récentes indiquent qu’elle découlerait plutôt de l’incapacité du corps à réparer les tissus articulaires endommagés.

Dans la plupart des cas, ce type de dommage survient lorsque les articulations saines sont soumises à des charges lourdes pendant une longue période. Toutefois, même des charges ordinaires peuvent accélérer cette dégénérescence si la personne a des articulations de forme inhabituelle ou a déjà subi une blessure articulaire.

Les articulations le plus souvent affectées par l’arthrose sont les genoux, les hanches et les articulations des mains et de la colonne vertébrale. L’arthrose se manifeste différemment d’une personne à l’autre, mais les symptômes les plus courants sont la douleur, la raideur et l’enflure articulaires, ainsi qu’une amplitude de mouvement réduite dans l’articulation touchée. »

Pour plus de détails sur l’arthrite, lire notre blogue à l’adresse suivante : http://chiroallumettieres.ca/arthrose_arthrite_chiropratique/

Tiré de la Société pour l’Arthrite : https://arthrite.ca/a-propos-de-l-arthrite/les-types-d-arthrite-de-a-a-z/types/arthrose

Quels sont les conseils les plus pertinents ?

  • Maintenez un poids santé. En effet, même un léger surplus de poids est néfaste pour vous si vous souffrez d’arthrose puisque cela augmente le stress sur vos articulations. Viser votre poids santé! Consultez une nutritionniste et un kinésiologue pour vous aider avec vos objectifs.
  • L’exercice physique : Lorsque bien dosé et modéré, l’activité physique est très bénéfique afin de vous garder en mouvement. Par exemple, faites de la marche, du vélo, ou bien de la natation pendant 15-30 minutes au minimum 2-3 fois par semaine.
  • Maintenez une bonne mobilité au niveau de vos articulations telles que votre colonne vertébrale et vos extrémités. Une bonne flexibilité au niveau de votre musculature est également bien importante. Ces facteurs réduisent les stress sur vos articulations et peuvent potentiellement permettre de ralentir la progression de l’arthrose. Ils peuvent également réduire les risques de chute.
  • L’application de chaleur humide à raison de 12-15 minutes le matin peuvent vous aider à être moins raide en début de journée. L’application de glace est conseillée à raison de 12-15 minutes lorsque vous avez de la douleur ou de l’inflammation.
  • L’utilisation d’une canne, d’une marchette ou d’une attèle pourrait vous aider dans votre vie de tous les jours. Il est également possible d’adapter votre milieu de vie suite aux conseils d’un ergothérapeute.
  • Changer fréquemment de position, éviter de rester immobile durant une grande période. Levez-vous fréquemment et ne rester pas assis toute la journée. Ayez une bonne posture en tout temps.
  • Faites adapter votre maison ou votre poste de travail par un ergothérapeute. Il pourra vous rendre la vie plus facile au quotidien en améliorant votre environnement.
  • Essayer d’avoir un sommeil récupérateur (7-9 heures) : Ayez une routine avant le dodo (bain chaud/ lecture) et ne dormez pas sur le ventre.

Moyens pharmacologiques

Votre médecin pourra vous prescrire certains médicaments pour atténuer la douleur.

Moyens non-pharmacologiques

  1. Application de chaleur et glace (tel que décris précédemment)
  2. Auto-massage de la région douloureuse
  3. Utilisation d’un T.E.N.S à la maison
  4. Application de crème analgésique (bâton analgésique medistik, gel d’arnica, crème de capsaïcine, etc)

Suppléments qui peuvent aider (potentiellement)

  • La glucosamine (sulfate, 1500 mg/j) est intéressante puisqu’elle a été prouvée comme étant efficace pour soulager la douleur et ralentir la progression de l’arthrose, surtout pour le genou et la hanche. Elle peut être combinée avec de la chondroitine (800-1200 mg/j), SAMe (200-400 mg 2-3x/j) et MSM (1500-3000 mg/j) ce qui l’a rend encore plus efficace! Il faut attendre environ 1 mois pour voir les effets.
  • Il est également recommandé de consommer des acides gras essentiels (oméga-3, 500 mg/j) afin de réduire l’inflammation ainsi que de la vitamine D3 quotidiennement (1000 UI/j).
  • Dans tous les cas, consultez votre pharmacien afin de vous assurer que ce produit est bon pour vous car il peut y avoir des interactions médicamenteuses!

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier, local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222

Que faire en cas de blessure aiguë ?

Une blessure aiguë est une blessure qui est survenue il y a moins d’une semaine. Afin d’aider à récupérer plus rapidement, il existe un acronyme «P.R.I.C.E» qui permet de se mémoriser les étapes à suivre :

  • «P» : pour Protection : l’idée est de protéger la région afin d’éviter de vous blessez davantage.Vous pouvez par exemple utilisez des béquilles, une canne ou  d’autres types de support ou attèle afin d’immobiliser partiellement la région blessée.
  • «R» pour Repos : Reposez-vous pour une courte durée seulement, pas plus de 2-3 jours, puis reprenez peu à peu vos activités. Reprenez vos activités PROGRESSIVEMENT tout en étant à l’écoute de votre corps.  Une mise en charge optimale aide à votre guérison alors qu’un repos prolongé peut nuire à votre guérison. Toutefois, certains exercices tels que des exercices de mobilité ou des exercices de renforcement isométriques, effectués sans douleur, peuvent vous aider à accélérer votre guérison.
  • «I» pour Ice : Prenez un sac froid (en gel, de petits pois ou un sac ziploc avec des glaçons), entourez-le autour d’un linge à vaisselle humide et appliquez-le sur votre région douloureuse pendant 15-20 minutes à quelques reprises. Le sac magique n’est pas assez froid pour être thérapeutique. Cela aidera à diminuer votre douleur et votre inflammation. Vous pouvez appliquer le tout aux maximum aux deux heures. Attention, l’application de glace de façon trop fréquente peut nuire à votre guérison. Évitez la prise d’anti-inflammatoire qui peuvent nuire à votre guérison selon les dernières recherches scientifiques.
  • «C» pour Compression : Votre chiropraticien peut vous faire un bandage élastique de compression pour votre blessure, ce qui aidera à enlever l’enflure. De plus, les attelles compressives en néoprène peuvent vous aider à cette fin. Toutefois le bandage ne doit pas causer d’engourdissements, d’élancements ou de changement au niveau de la couleur de votre peau, signe d’une compression vasculaire.
  • «E» pour Élévation : Si possible, élevez la région douloureuse plus haut que le niveau du cœur, afin de favoriser le bon retour veineux et de diminuer l’enflure. Par exemple, pour une entorse de la cheville, vous pouvez dormir sur le dos avec la cheville surélevée sur un coussin.

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier, local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222



10 conseils de votre chiro afin de préserver votre colonne vertébrale :

  1. Ne dormez jamais sur le ventre! En effet, cette posture est très mauvaise puisqu’elle arque votre bas du dos et qu’elle impose une torsion importante au niveau du haut de votre dos et de votre cou. La plupart des gens qui adoptent cette posture vont avoir des maux de dos, de cou et des maux de tête.
  2. Ne coincez jamais le téléphone entre votre épaule et votre oreille, ceci amène un stress important au niveau de votre colonne cervicale et une tension musculaire au niveau de vos muscles du cou.
  3. Ne laissez pas votre portefeuille dans votre poche arrière de pantalon! Ceci amène un déséquilibre au niveau de votre bassin et de votre région lombaire et peut même amener une compression du nerf sciatique.
  4. Ajustez bien votre siège d’auto de façon à avoir la colonne vertébrale bien appuyée tout au long par ce dernier. Si ce n’est pas le cas, glissez une serviette roulée ou un support lombaire dans le bas du dos. Alignez également le milieu de votre appui-tête avec le milieu de votre tête de façon à éviter les blessures au cou en cas d’accident sur la route.
  5. Apprenez à soulever correctement les charges : Vous devez garder le dos bien droit lorsque vous devez vous penchez, tout en conservant votre creux dans le bas de votre dos, comme en position de squat. Ensuite, utilisez vos genoux afin de vous aider à soulever la charge. Faites-ceci en tout temps, même si c’est pour ramasser un crayon! En effet, souvent les blessures sont dûes à des mouvements répétitifs.
  6. Évitez de croiser les jambes et évitez qu’une seule de vos jambes doive porter le poids de votre corps en position debout, ceci amène des stress inégaux au niveau de vos hanches et de votre bassin.
  7. Vérifiez votre posture à l’ordinateur. Un bureau ergonomique pourrait vous éviter bien des douleurs, parlez-en avec votre chiro, il saura vous donner quelques recommandations. Au travail, demandez à votre patron d’avoir recours aux services d’un ergonome ou d’un ergothérapeute.
  8. Étirez-vous et prenez des micro-pauses lorsque vous êtes au travail. Ceci contribuera à éviter les tensions musculaires. Votre chiropraticien pourrait également vous fournir des exercices qui sont adaptés à votre condition.
  9. Ayez conscience de votre corps ! Vous avez souvent des maux de tête ? Et si cela était dû à une tension anormale au niveau de votre région cervicale ? Ce n’est pas en consommant à outrance des analgésiques que vous allez régler la cause de votre problème, vous ne faites que camoufler les symptômes. Votre chiropraticien peut vous aider à trouver la cause de votre problème.
  10. Consultez régulièrement votre chiropraticien! Vous n’avez toutefois pas besoin d’avoir des douleurs avant de consulter! Votre chiropraticien s’assurera d’optimiser votre santé en améliorant votre condition neuro-musculo-squelettique. Mieux vaut prévenir que guérir!

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier, local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222



La scoliose idiopathique de l’adolescent

La scoliose idiopathique est la forme de scoliose la plus commune à l’adolescence. Environ 2 à 3 % des adolescents au Québec en sont atteints. Les filles sont davantage touchées par cette maladie que les garçons. Il existe un facteur héréditaire, il n’est donc pas rare de voir plusieurs membres de la famille qui sont affectés. L’âge du diagnostic, le nombre de degré et l’évolution vont permettre de décider du traitement, soit un suivi radiologique, une prise en charge conservatrice ou l’utilisation de corset ou d’une chirurgie.

La scoliose est une déformation en trois dimensions de la colonne vertébrale :

Voici les signes les plus fréquents :

  1. Hauteur inégale des épaules
  2. Asymétrie en 3D des omoplates
  3. Angles de taille asymétriques
  4. Espace asymétrique entre les bras et le bassin
  5. Hauteur inégale des hanches
  6. Bosse dans le dos (gibbosité) lorsque le patient se penche vers l’avant

Si vous croyez avoir observé ces signes chez votre enfant, consultez dès que possible un chiropraticien ou un médecin afin d’obtenir le plus rapidement un diagnostic. Ce dernier sera fait, entre autres, à l’aide de radiographies.

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier, local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222



Pelleter sans se blesser. Conseils de votre chiro!

Pour éviter blessures et courbatures, voici les 10 trucs à appliquer :

  1. Faites quelques exercices d’échauffement avant de débuter, comme une activité cardiovasculaire légère à modérée.
  2. Poussez la neige au lieu de la soulever lorsque c’est possible.
  3. Gardez votre dos droit et forcez en pliant les genoux pour soulever une pelletée de neige. Forcez avec vos jambes et non avec votre dos.
  4. Gardez la charge de la pelle près de vous afin d’éviter un étirement musculaire.
  5. Pivotez votre corps en entier pour éviter la torsion du tronc en déposant la pelletée. Donc pivotez vos pieds plutôt que votre dos.
  6. Prenez plusieurs pelletées légères plutôt qu’une seule très lourde.
  7. Utilisez une pelle légère, ergonomique et adaptée à votre taille.
  8. Prenez le temps de bouger de la bonne façon plutôt que d’aller vite pour finir plus rapidement.
  9. Sortez plusieurs fois pelleter lors d’une tempête plutôt que d’attendre d’avoir un gros amoncellement.
  10. En cas de blessure, appliquez de la glace au niveau de la région blessée pendant 15-20 minutes et consulter votre chiropraticien dès que possible.

Voici un vidéo qui vous donnera quelques conseils à ce propos :

Bon pelletage et bon hiver !

Votre chiropraticien dans le secteur du Plateau Hull Aylmer.

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier, local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222



Ergonomie de bureau

Si vous avez un travail de bureau statique, nous vous conseillons de prendre des micro-pauses au minimum à raison de 1 minute à chaque 60 minutes de travail. Vous pouvez en profiter alors pour :

  • Faire des étirements ou des exercices de mobilité
  • Reposer vos muscles et varier votre position de travail
  • Vous levez et aller prendre un verre d’eau
  • Corrigez votre posture.
  • Etc.

Voici maintenant un document de la CNESST concernant une bonne ergonomie en milieu de travail :

http://chiroallumettieres.ca/wp-content/uploads/2019/10/DC100-1735web.pdf

Si vous avez des questions, hésitez pas à demander à votre chiropraticien, il saura vous donner des recommandations ou vous référer à un ergonome/ergothérapeute.

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier, local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222



Conseils de base afin d’optimiser votre santé et votre qualité de vie

Nous savons tous que nous devons faire plus d’exercice et manger mieux, toutefois, nous manquons de temps afin d’appliquer ces conseils au quotidien. Saviez-vous que 3/5 des maladies sont attribuables à nos habitudes de vie ? Afin de mieux cerner ce qui est primordial, voici quelques conseils de base :

Bien manger

  1. Prendre des suppléments d’Oméga-3 quotidiennement (500-1000 mg/j) pour une bonne santé cardiovasculaire, pour un système nerveux en santé et afin de lutter contre notre alimentation nord-américaine qui est pro-inflammatoire.  Consommez davantage de poissons gras (saumon, sardine, maquereau, etc) et du lin moulue.
  • Consommez davantage de fruits et légumes de couleur variés, crus de préférence, à chaque repas. Privilégier les aliments riches en antioxydants tels que les petits fruits, brocoli, épinard, poivrons, etc.
  • Boire davantage d’eau et réduire votre consommation de jus et boissons sucrées. Il ne faut jamais ressentir la soif sinon vous êtes déjà déshydratés. Remplacer votre deuxième café de la journée par du thé vert.

Bien bouger

  1. Chaque jour, prenez le temps de faire des exercices d’hygiène vertébrale et prenez soin de votre posture. Vous pouvez aussi pratiquer le yoga ou le Pilates pour travailler votre «core». Consultez votre chiropraticien régulièrement.
  • Faites chaque jour de 15 à 30 minutes d’activité physique cardiovasculaire d’intensité modérée. Commencez par prendre des marches et trouvez une activité qui vous plaît! Puis progresser lentement. Motivez-vous en y allant avec un proche. Pour plus de conseils, consulter un kinésiologue.

Bien penser

  1. Prenez le temps de bien respirer (par le ventre) en effectuant la respiration abdominale, quelques fois par jour. Vous pouvez également méditer. Prenez le temps chaque jour afin de faire une pause et une introspection.
  • Garder le focus sur ce qui est positif dans votre vie et non pas sur les choses auxquelles vous n’avez aucune emprise. Voyez le bon côté des choses et profitez bien de la vie. Entourez-vous de gens positifs.

Une semaine complète compte 168 heures. Si vous ne prenez pas quelques minutes de votre temps pour prendre soin de vous, qui le fera à votre place ?

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier, local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222



Vous avez des maux de tête ? Est-ce une migraine ? Des céphalées de tension ? Des céphalées cervicogéniques ?

Avant toute chose, regardons ensemble les différents types de maux de tête ainsi que divers traitements reconnus efficaces pour ces conditions :

La céphalée de tension

La céphalée de tension est la forme de maux de tête la plus fréquemment rencontrée. Ce type de mal de tête survient souvent en fin de journée, dû à l’accumulation de la fatigue et du stress quotidien.

Elle est très souvent associée à de la tension et de la raideur au niveau de certains muscles du cou et de la tête : trapèze supérieur, sous-occipitaux, muscles de la mâchoire, etc.

  • Durée : 30 minutes à 7 jours
  • Symptômes : Douleur souvent bilatérale aux tempes, en bandeau ou à la base de la nuque; souvent ressentie comme une pression, un serrement ou un étau. Intensité légère à modérée. Contrairement à la migraine, le patient reste relativement fonctionnel.

La céphalée cervicogénique

La céphalée cervicogénique, quant à elle, est un mal de tête associé à un problème au niveau cervical (cou). Elle survient fréquemment à la suite d’un traumatisme au cou (ex. : un accident de voiture).

  • Durée : Variable. Les symptômes peuvent être présents tout le temps de la dysfonction.
  • Symptômes : Douleur souvent unilatérale (d’un seul côté) lors d’antécédents de trauma au cou; sensibilité cervicale; augmentation de la douleur lors de certains mouvements; perte d’amplitude de mouvement.

Migraine

La migraine est une forme de céphalée qui revient de façon récurrente. Elle peut s’accompagner de signes avant-coureurs tels que fatigue, vue trouble, tension cervicale ou d’un aura, un ensemble de signes neurologiques tels que flashs visuels, picotements, perte de vision, engourdissement, perte de sensation, etc.

Encore aujourd’hui, la science arrive difficilement à en établir l’origine précise. Elle peut être liée au cycle menstruel ou à une autre fluctuation hormonale, à une hypoglycémie, à une réaction à certains aliments, etc. Voici une liste de certains aliments qui peuvent favoriser l’apparition d’une migraine :

Critères diagnostiques :

  • Durée : 4-72 heures
  • Symptômes : Douleur souvent au front et aux tempes, unilatérale (d’un seul côté), pulsatile (comme un cœur qui bat), d’intensité modérée à forte, aggravée par l’activité physique, possiblement accompagnée de nausées/vomissements et d’hypersensibilité au son et à la lumière.

Traitement pour les maux de tête

Chiropratique : Votre chiropraticien s’assurera d’une bonne fonction au niveau des articulations de votre cou et haut du dos, en terme d’alignement et mobilité. Il s’assurera de travailler la musculature et de vous donner des exercices d’étirement et de correction posturale, afin de maintenir votre lordose cervicale, par exemple. Si vous avez un problème de mâchoire, il saura également travailler le tout afin d’aider votre condition. La revue systématique de données probantes issues de la recherche établilt l’efficacité clinique des thérapies manuelles pratiquées par les chiropraticiens pour le traiter les maux de tête d’origine cervicale. Pour plus de détails sur la recherche, cliquez ici https://www.ordredeschiropraticiens.ca/fr/la-profession-chiropratique/la-recherche-en-chiropratique/

Travail musculaire : Le travail au niveau des tissus mous peut être effectué par votre chiropraticien afin de détendre la musculature. Vous pourriez également consultez par exemple un ou une massothérapeute en co-gestion. L’application de chaleur pendant 15-20 minutes peut aider à diminuer la tension au niveau de vos muscles.

Journal de céphalées : À l’aide ce journal, que vous pourrez trouver ici : http://chiroallumettieres.ca/wp-content/uploads/2019/11/Journal-des-céphalées.pdf vous pourrez identifiez vos facteurs déclencheurs :

  • Douleurs au cou et tensions musculaires
  • Menstruations ou fluctuations hormonales
  • Manque de sommeil (fatigue) et stress élevé
  • Sauter un repas ou ne pas boire assez d’eau (déshydratation)
  • Certains stimulis tels que la musique et la lumière trop forte, certains parfums, etc.
  • Prise de certains médicaments (effets secondaires) ou de certains aliments déclencheurs
  • Être en sevrage de café ou de tabac ou de certains médicaments

Habitudes de vie : Ayez de bonnes habitudes de vie, incluant la pratique de l’activité physique (30 min/jour), une alimentation saine et variée, des heures de sommeil suffisantes (6 à 8 heures) et régulières (routine), boire beaucoup d’eau (2L/j).

Gérez votre stress! Évitez de serrer les dents lorsque vous êtes stressés, car la tension musculaire pourrait déclencher une crise. Évitez également de mâcher longuement de la gomme. De plus, pratiquez des exercices de relaxation telle que la respiration abdominale, la méditation, ou la méthode de Jacobson. Vous trouverez des exemple ici : http://chiroallumettieres.ca/exercices-relaxation-meditation/

Attention! La surutilisation de médicaments en vente libre (tylenol, advil, etc) pour contrôler vos maux de tête et migraines peut entraîner un cercle vicieux et augmenter la fréquence et l’intensité de vos céphalées. Occasionnellement, il n’y a pas de problème, toutefois ce type de médication ne règle pas la cause de votre problème.

Certains suppléments peuvent aider : Magnésium (citrate/bisglycinate, 350-500 mg/j), ou pour les migraines : un café dès l’apparition des symptômes précurseurs. Au préalable, parlez-en avec votre chiropraticien et votre pharmacien pour voir si cela vous convient.

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier, local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222



Alimentation anti-inflammatoire

Tiré de : https://www.health.harvard.edu/staying-healthy/foods-that-fight-inflammation

Voici quelques conseils en rafale afin de diminuer l’inflammation :

À privilégier :

  • Fruits et légumes, crus de préférence (plusieurs portions par jour, à chaque repas), particulièrement :
    • Légumes : Épinard, Kale, choux, brocolis, chou-fleur, etc.
    • Fruits : Petits fruits, orange, cerise, kiwi, pomme, etc.
  • Poisson gras et huile de poisson Oméga 3 (saumon, sardine, truite, maquereau) et/ou graines de lin/chia
  • Privilégier l’huile d’olive et de canola par rapport au beurre. Consommez des bons gras (avocat, noix diverses)
  • Consommer régulièrement de l’ananas frais (contient de la broméline, un anti-inflammatoire naturel)
  • Carré de chocolat noir à haut % de cacao, vin rouge (1 coupe par jour maximum), thé vert (2-3 tasses/j)
  • Suppléments : Vitamine D 1000 UI par jour, Magnésium (citrate ou bisglycinate) env 300 mg/jour, Oméga 3 (suivre posologie), Curcumine avec péperine 1000-2000 mg/jour.

À éviter :

  • Diminuer votre consommation de café (si excessive)
  • Réduction draconienne des acides gras oméga-6 (huile de soya, de maïs, de carthame, etc.)
  • Diminuer viande rouge, charcuteries, produits laitiers, beurre (précurseurs d’inflammation)
  • Réduction d’aliments à index glycémique élevé (pain blanc, desserts, sucres, céréales soufflées, etc.)
  • Fritures, gras saturés, sucre, produits raffinés, produits de restauration rapide.
  • Certaines personnes semblent être intolérantes au gluten. D’autres peuvent être intolérantes aux aliments suivants : maïs, soya, aubergine, pomme de terre, tomate.

Pour plus de conseils ou pour une évaluation plus approfondie, consultez un professionnel de la santé tel qu’une nutritionniste.

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier, local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222



Sac à dos – Lequel choisir, comment le remplir ?

Voici quelques trucs pour vous aider à magasiner un bon sac à dos pour la rentrée.

Pour l’infographie, cliquez ici : http://chiroallumettieres.ca/wp-content/uploads/2019/08/sac_a_dos_chiropraticien_gatineau.pdf

Comment le choisir?

  • Le sac est composé de matériel résistant mais léger
  • Les bretelles ont idéalement 2 pouces de large, elles sont rembourrées et ajustables
  • Des ceintures sont prévues à la hauteur des hanches et du torse
  • Le derrière du sac est rembourré pour un meilleur confort
  • Plusieurs pochettes et compartiments facilitent la répartition du poids du sac
  • Le dessus du sac ne doit pas dépasser le haut des épaules de l’enfant
  • Le fond du sac ne doit pas être plus bas que les hanches (non appuyé sur les fesses)
  • C’est la grandeur de l’enfant qui détermine en grande partie le choix d’un sac. Il est donc essentiel qu’il soit présent lors de l’achat du sac à dos.

Comment le remplir ?

Assurez-vous que le sac à dos ne contient que ce dont l’enfant a besoin pour la journée et que le poids y est distribué uniformément. Le poids total d’un sac rempli ne devrait pas dépasser 10% du poids de l’enfant qui fréquente l’école primaire, 15% pour les élèves du secondaire. Mettez les objets les plus lourds près du corps, et placez ceux qui sont volumineux, pointus ou de formes irrégulières vers l’extérieur, loin du dos.

Comment l’enfiler?

Il faut éviter d’enfiler une bretelle puis de donner un élan au sac pour mettre la seconde. Il faut plutôt déposer le sac sur une surface plate, à la hauteur de la taille, puis enfiler une bretelle à la fois. Ensuite, ajustez les bretelles pour qu’elles soient confortables. S’il a du se pencher, l’enfant doit utiliser la force de ses jambes et se relever en dépliant les genoux pour soulever son sac.

Comment le porter ?

Les deux bretelles pour les épaules doivent être enfilées et ajustées afin que le sac épouse confortablement le corps et ce, sans se balancer sur les côtés. Il ne doit pas être trop serré autour et sous les bras. Vous devriez pouvoir glisser votre main entre le sac et le dos de votre enfant. La ceinture de taille, et de torse si le sac en est muni, doivent aussi être attachées afin d’augmenter la stabilité du sac sur le dos.

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier, local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222