Archives de catégorie : Notre Blogue

chiropratique-sportive-entorse-foulure-bursite-tendinite-douleur

Chiropratique sportive et blessures chez les athlètes et les sportifs – Diagnostic et traitement de la tendinite, bursite, capsulite et entorse à Gatineau

Saviez-vous que la majorité des grandes équipes sportives aux États-Unis (NHL, NBA, NFL, PGA) sont accompagnés par au moins un chiropraticien dans leur équipe de soins multidisciplinaires ? Votre chiro du sport dans le secteur du Plateau à Hull Aylmer peut vous aider avec vos blessures neuromusculosquelettiques.

Qu’est-ce qu’une tendinite, une ténosynovite et une tendinopathie ?

Premièrement, retournons à la base: l’anatomie. Regardons ensemble ce qu’est un tendon ? C’est un tissu conjonctif assez résistant qui relie les muscles aux os. Les tendons transfèrent la force lors d’une contraction musculaire jusqu’à l’os pour permettre le mouvement des os et des articulations.

La tendinite est un problème aiguë relié à l’inflammation du tendon qui survient suite à un traumatisme ou bien à des micro-déchirures. On ressent alors de la douleur lors de la contraction musculaire ou bien des amplitudes de mouvements actives, celles-ci peuvent d’ailleurs être réduites. Il y a plusieurs causes aux tendinites, mais les plus fréquentes sont :

  • Les mouvements répétitifs et le surentraînement
  • Les efforts soutenus et prolongés
  • Une mauvaise posture ou mauvaise exécution
  • Les vibrations
  • Etc…

Lorsque le tendon est recouvert d’une gaine on parle plutôt d’une ténosynovite. Par exemple, la fameuse ténosynovite de quervain au niveau du pouce associé à l’utilisation fréquente du téléphone intelligent, par exemple. Au contraire, quand le problème est chronique (plus de 3 mois), on constate une dégénérescence du tendon appelé tendinopathie ou tendinose. Il s’agit souvent d’une tendinite qui n’a pas bien guérie au fil du temps. Le traitement est alors très différent; votre chiropraticien sportif vous expliquera la différence lors de votre consultation.

Voici quelques exemples des blessures musculosquelettiques les plus fréquentes chez les sportifs et les athlètes :

Tendinite de l’épaule :

  • Tendinite ou tendinopathie du biceps (bicipitale)
  • Tendinite ou tendinopathie de l’épaule (coiffe des rotateurs)

Tendinite du coude :

  • Tendinite ou tendinopathie des muscles extenseurs du carpe (épicondylite latérale ou tennis elbow)
  • Tendinite ou tendinopathie des muscles fléchisseurs du poignet (épicondylite médiale ou golfer elbow)

Tendinite du poignet et de la main

  • Ténosynovite de Quervain (tendinite du pouce)

Tendinite de la hanche

  • Tendinite ou ténosynovite du moyen fessier

Tendinite du genou

  • Tendinite patellaire ou tendinopathie patellaire (tendinite du quadriceps)

Tendinite de la cheville/pied

  • Tendinite du tendon d’achille ou tendinopathie achiléenne (tendon du mollet)

Comment soigner une tendinite ? Nous en discuterons plus tard, avant tout, voyons une autre pathologie fréquentes chez les sportifs: la bursite

Qu’est-ce qu’une bursite ?

Voyons d’abord ce qu’est une bourse. C’est un sac malléable rempli d’un liquide lubrifiant appelé synovie, qui sert de coussin entre deux structures, afin d’éviter le frottement de celle-ci. On en retrouve par exemple entre deux tendons, etc. Une bursite est une inflammation de cette bourse. Les causes sont très semblables à celles d’une tendinite. Lorsque la bourse devient inflammée, elle peut devenir enflée.

Voici quelques exemples des blessures musculosquelettiques les plus fréquentes chez les sportifs et les athlètes :

  • Bursite de l’épaule (bursite sous-acromiale ou sub-deltoidienne)
  • Bursite du coude (bursite olécrânienne)
  • Bursite du genou (bursite pré-patellaire, bursite patte d’oie ou ansérine, etc)

Qu’est-ce qu’une entorse ligamentaire ou une entorse musculaire ?

Une entorse est une élongation accompagnée ou non de déchirure au niveau d’un tissu conjonctif tel qu’un ligament ou un muscle. Elle survient lors d’un étirement soudain comme par exemple lorsqu’un athlète se «tourne» ou se «vire» la cheville. L’entorse de la cheville est d’ailleurs la blessure la plus fréquente au membre inférieur. Il existe une classification pour déterminer le niveau d’atteinte :

  • Entorse grade 1 : Étirement léger, sans déchirure. Souvent accompagné de douleur et d’une enflure légère, sans ecchymose.
  • Entorse grade 2 : Étirement modéré, avec déchirure partielle des tissus. Accompagné de plus de douleur et d’enflure qu’un grade 1, avec présence d’un ecchymose.
  • Entorse grade 3 : Étirement sévère accompagné d’une déchirure complète du tissu.

Comment votre chiropraticien du sport pose son diagnostic concernant vos blessures sportives musculosquelettiques ?

Votre chiropraticien sportif posera son diagnostic suite à une entrevue initiale (anamnèse), un examen physique complet, une palpation ainsi que l’utilisation d’imagerie médicale si cela est jugé nécessaire (radiographie, imagerie par résonance magnétique, échographie, etc).

Quels sont les traitements que votre chiro sportif peut vous proposer pour votre tendinite ou votre bursite ?

Votre chiropraticien du sport situé dans le secteur Hull Aylmer du Plateau de Gatineau saura vous recommander l’approche multimodale suivante :

  • Manipulations vertébrales (ajustement chiropratique) et manipulations des articulations périphériques (extrémités)
  • Mobilisation articulaire
  • Taping neuroproprioceptif (kinesiotaping) ou taping classique
  • Travail musculaire (pression ischémique, travail musculaire assisté avec outil IASTM, ART, etc)
  • Prescription d’exercices thérapeutiques (étirement, mobilité, renforcement, etc)
  • Éducation au patient (ergonomie, posture de travail, etc)
  • Cryothérapie (application de glace) ou la thermothérapie (application de chaleur)
  • Thérapies complémentaires (TENS) ou vous référer pour du shockwave, laser, etc.
  • Stratégie d’autogestion de la douleur
  • Et bien plus…!

Quel est le protocole de traitement de ces différentes blessures en lien avec la pratique du sport

Un nouvel acronyme à récemment vu le jour afin d’optimiser la guérison des blessures neuromusculosquelettiques chez la population en général mais également chez les athlètes et les sportifs du dimanche. Il s’agit de PEACE & LOVE.

PEACE (intervention initiale, durant les 3 premiers jours)

P : Protéger : Il faut d’abord protéger la région blessée afin d’éviter une aggravation de celle-ci. Par exemple, on va suggérer un arrêt du jeu ou un repos relatif et non complet. On peut également suggérer l’utilisation de béquilles, par exemple. E : Élévation : On élève le membre atteint à un niveau plus élevé que le coeur, par exemple en glissant un ou deux coussins en dessous de la cheville. Ce faisant on améliore la circulation sanguine.
A : Anti-inflammatoire : On évite la prise d’anti-inflammatoires (ibuprofène ou advil, diclofénac ou voltaren, naproxen, etc) car ils ralentissent la vitesse de guérison tissulaire. On évite d’appliquer trop de glace, on utilise davantage cette modalité de façon raisonnable, 15-20 minutes 1-2 fois par jour surtout durant les 3 premiers jours de la blessure et surtout en cas d’enflure.
C : Compression : On utilise un bandage compressif ou un taping afin de diminuer l’enflure. Votre chiropraticien est habileté à en faire.
E : Éduquer : Il faut éduquer le patient sur ce qu’il doit faire et ne pas faire. On évite les interventions inutiles et coûteuse.

&

LOVE (intervention subséquente, après les 3 premiers jours)

L : Load : Reprise graduelle des activités habituelles dès que possible afin de stimuler les tissus blessés, ce qui favorise la guérison, tout en respectant la capacité d’adaptation du corps (trop, trop vite, trop rapidement n’est pas souhaité).
O : Optimiste : Le corps a une excellente capacité d’auto-guérison. Il faut rester optimiste quant à la guérison de votre condition puisque votre mental a une influence importante sur votre perception de la douleur et sur votre vitesse de rétablissemnet.
V : Vascularisation : une activité cardio-vasculaire sans douleur, à raison de 1-2 fois par jour, pour une durée de 20 minutes est suffisant pour améliorer la circulation du sang au niveau de votre blessure.
E : Exercices : Des exercices d’étirements, de renforcement et d’équilibre vous seront suggérés afin de consolider les acquis et optimiser votre récupération.

Ce protocole est tiré de ce blogue : https://blogs.bmj.com/bjsm/2019/04/26/soft-tissue-injuries-simply-need-peace-love/

Pour le traitement de vos blessures sportives à Gatineau, avec votre chiropraticien sportif vous êtes entre bonnes mains!

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222

Chiropratique et maux de dos – La lombalgie

La lombalgie, communément appelé mal de dos

Qui n’a jamais entendu parler de quelqu’un qui souffrait de maux de dos, lumbago, tour de rein ou d’entorse lombaire ? Tous ces termes désignent la grande famille des lombalgies, un diagnostic qui veut tout simplement exprimer une douleur (avoir mal) dans la région lombaire, située dans le bas de notre dos.  

On estime qu’environ 80 à 85 % de la population en souffrira à un moment ou un autre de leur vie (douleur dans le bas du dos). C’est également le 4 ème motif de consultation médicale au Canada et la première cause d’invalidité chez les moins de 45 ans, dans le monde.

Tout d’abord, revenons à la base : l’anatomie. La région lombaire est constituée de 5 vertèbres, de disques intervertébraux ainsi que de multiples muscles, ligaments et tendons. Votre système nerveux (moelle épinière et nerfs rachidiens) est en étroite proximité avec votre colonne vertébrale, qui la protège. À la fin de la région lombaire, s’y articulent le sacrum et le coccyx. Au final, c’est le bassin (articulation sacro-iliaque) qui relie la colonne vertébrale au membre inférieur.

Lorsqu’une de ces structures est affectée par un traumatisme ou l’accumulation de micro-traumatismes (mauvaise posture, mouvements répétitifs, etc), cela peut engendrer un signal d’alarme au cerveau qui peut interpréter le tout sous la forme de douleur.

Quelles sont les facteurs de risques des maux de dos ?

Certaines personnes vont développer une douleur aigue (lombalgie aigue) suite à un faux mouvement. D’autres, vont malheureusement souffrir de douleurs chroniques, qui persistent dans le temps, soit plus de 3 mois (lombalgie chronique). La lombalgie est souvent récidivante, c’est-à-dire qu’elle a l’habitude de revenir dans le temps en fonction de nos activités, par période.

La bonne nouvelle c’est que moins de 1% des lombalgies sont dues à une maladie grave tels qu’une fracture, infection, etc. Il y a donc de bonnes chances que votre chiropraticien puisse vous aider. Sinon il saura vous référer au bon professionnel.

Il existe certaines prédispositions au mal de dos :

  • Facteurs de risque en lien avec le travail (travail physique : manutention charge lourde, torsions, etc, mauvaise ergonomie travail, etc.)
  • Facteurs de risque en lien avec les habitudes de vie (stress, embonpoint, sédentarité, tabagisme, etc.)
  • Facteurs de risque en lien avec la maladie mentale  (dépression, mauvaise estime de soi, etc.)
  • Certaines populations cibles (douleurs au dos chez la femme enceinte, personnes âgées entre 30-50 ans, travailleurs de la construction, etc)

Quels sont les principales causes de lombalgie ?

  • Restriction articulaire (diminution de la mobilité ou perte d’alignement articulaire)
  • Entorse lombaire (étirement exagéré des structures musculaires et/ou ligamentaires suite à un traumatisme)
  • Irritation facettaire ou syndrome facettaire (irritation et inflammation des articulations de la colonne lombaire)
  • Hernie discale ou bombement discal (blessure au niveau des coussins entre les vertèbres)
  • Irritation sacro-iliaque (douleur et inflammation au niveau de l’articulation du bassin et de la ceinture pelvienne)
  • Dégénérescence des structures articulaires et discales (arthrose, discarthrose, spondyarthrose, etc)
  • Différentes maladies arthritiques (arthrite, maladies inflammatoires, etc)
  • Syndrome de la charnière thoraco-lombaire (restriction de mobilité au niveau des articulations de la région thoracique basse, amenant une douleur au niveau de la région lombo-sacrée)
  • Problème au niveau du rein (pierre au rein, etc) et autres douleurs référées (moins de 1 % des cas de mal dans le bas du dos)

Bien que plusieurs de nos patients vont nous dire qu’ils ont un disque de déplacé, un nerf pincé ou coincé et/ou une vertèbre de déplacée, il s’agit plutôt d’une façon d’expliquer ses symptômes qu’un réel diagnostic, la plupart du temps.

Diagnostic de votre mal de dos (lombalgie) à Gatineau, secteur Hull Aylmer

Afin d’obtenir un diagnostic précis de votre condition, votre chiropraticien effectuera une entrevue/anamnèse afin de bien comprendre votre problématique. Ensuite, il procèdera à un examen physique complet incluant : examen postural, neurologique, orthopédique, chiropratique et palpatoire. Des radiographies ou de l’imagerie médicale pourrait être prescrit au besoin. Votre chiropraticien de par sa formation de Docteur en chiropratique est habileté à effectuer un diagnostic chiropratique dans son champ de pratique, le système neuro-musculo-squelettique.

Traitement de la lombalgie à Gatineau, secteur du Plateau

Votre chiropraticien situé dans le secteur Hull Aylmer du Plateau de Gatineau saura vous recommander l’approche multimodale suivante  

  • Manipulations vertébrales (ajustement chiropratique)
  • Mobilisation articulaire
  • Travail musculaire (travail musculaire assisté par outil IASTM, pression ischémique, etc)
  • Prescription d’exercices thérapeutiques (étirement, mobilité, renforcement, etc)
  • Taping neuroproprioceptif
  • Éducation au patient (ergonomie, posture de travail, etc)
  • Cryothérapie (application de glace) ou la thermothérapie (application de chaleur)
  • Thérapies complémentaires (TENS)
  • Stratégie d’autogestion de la douleur (yoga, méditation, relaxation, etc)
  • Et bien plus…!

Nous n’encouragons pas le port de ceinture lombaire, sauf pour de très courtes périodes seulement. Une réadaptation appropriée qui amènera un renforcement des muscles stabilisateurs appelé «core» est fortement suggérée (muscle transverse de l’abdomen, multifides, etc).

Évidences scientifiques en lien avec les soins chiropratiques

Nous savons présentement que la thérapie manuelle, lorsque combinée avec l’éducation au patient et la prescription d’exercices est l’une des meilleures combinaison de traitement disponible pour le mal de dos.

Une revue systématique d’essais cliniques aléatoires visant à comparer l’efficacité des soins chiropratiques à celle des soins prodigués par d’autres professionnels de la santé pour traiter les douleurs lombaires, conclut que les soins chiropratiques démontrent une efficacité comparable à celle des soins médicaux et de physiothérapie : 

Effectiveness and Economic Evaluation of Chiropractic Care for the Treatment of Low Back Pain: A Systematic Review of Pragmatic Studies. Blanchette MA, Stochkendahl MJ, Borges Da Silva R, Boruff J, Harrison P, Bussières A. PLoS One. 2016 Aug 3;11 (8):e0160037.

Collaboration interprofessionnelle

Au besoin, votre chiropraticien effectuera un suivi avec un autre professionnel de la santé tel que médecin, physiothérapeute, kinésiologue, massothérapeute, podiatre, acupuncteur, psychologue, ergothérapeute, etc. Cette approche interdisciplinaire permet d’obtenir de meilleurs résultats.

Pour le traitement du mal de dos à Gatineau, consultez votre chiropraticien! Vous êtes entre bonnes mains.

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222

chiro-bébé-torticolis-otite-plagiocéphalie-coliques-chiropratique

Prévention de la plagiocéphalie (tête plate) chez le bébé – Ce que votre chiropraticien à Gatineau peut faire pour aider

chiro-bébé-torticolis-otite-plagiocéphalie-coliques-chiropratique

Qu’est-ce que la plagiocéphalie ?

C’est un aplatissement au niveau du crâne qui survient suite à une pression prolongée sur la tête de bébé. Le crâne des nourissons qui est très malléable ainsi que la consigne de dodo sur le dos est majoritairement responsable de ce phénomène. Il faut toutefois faire attention lorsque bébé est placé longtemps dans son siège d’auto ou bien une balançoire par exemple.

Quels sont les signes ?

  • Aplatissement à l’arrière du crâne
  • Inclinaison ou rotation de la tête, toujours du même côté.
  • Asymétrie du visage de bébé

Quelles sont les causes possibles de la plagiocéphalie?

  • Contrainte intra-utérine
  • Utilisation des forceps/ventouses
  • Diminution de la mobilité cervicale peut faire en sorte que bébé garde toujours sa tête dans la même position
  • Positionner bébé toujours sur le dos ou durant de longues périodes dans la coquille, la poussette ou la balançoire de bébé.

Que faire ?

Placer bébé en position ventrale, en période d’éveil, le plus possible, quelques minutes à la fois jusqu’à atteindre environ 1 heure par jour. Cette position aidera à renforcer ses muscles du cou, du tronc et des épaules. Ce ne sera pas facile au début mais à force de persévérer ce deviendra un jeu d’enfant.

 Voici quelques conseils qui peuvent aider

  1. Placez bébé sur le ventre quelques minutes après chaque changement de couches. Vous pouvez disposer une petite serviette roulée sous ses bras afin de le surélever un peu.
  2. Promenez bébé dans la maison en le tenant sur votre avant-bras face vers le sol. Gardez toujours votre bras près de votre corps.
  3. Placez bébé sur le ventre et couchez-vous en face de lui; votre enfant est attiré par votre visage et votre voix. Le fait d’être en face de lui l’encouragera à relever la tête. Bougez d’un côté à l’autre afin de l’encourager à tourner la tête. Vous pouvez également amener ses jouets de chaque côté pour l’inciter à varier les postures.
  4. Couchez-vous avec bébé ventre à ventre; faites attention de toujours garder vos mains sur bébé afin d’éviter qu’il ne tombe. Puisqu’un nouveau-né ne lève pas beaucoup la tête, variez la position de la tête (droite et gauche) afin d’éviter qu’il ne développe une préférence.
  5. Utilisez un miroir afin de garder bébé intéressé pendant son moment sur le ventre. Bébé aime se regarder.
  6. Couchez bébé sur vos cuisses et gardant une main sur ses fesses afin d’éviter qu’il ne roule. Alternez en plaçant la tête de bébé sur votre cuisse droite ou gauche.
  7. Quand il est temps de coucher bébé, variez le sens dans lequel vous le placez dans la couchette.
  8. Si vous installez un mobile, placez-le à la hauteur de son thorax ou plus bas afin de favoriser le mouvement de flexion du cou.
  9. Lors du changement de couche, variez le côté et l’endroit où vous vous placez.
  10. Au lieu de tenir bébé par les chevilles lors du changement de couche, placez ses genoux sur son ventre et maintenez cette position d’une main pendant que vous changez la couche de l’autre. Ceci étire les muscles du dos de bébé.
  11. Après le bain, placez bébé sur le ventre pour le sécher.
  12. Utiliser le siège d’auto uniquement pour la voiture. Vous pouvez placer une petite serviette roulée pour éviter que votre enfant tourner toujours la tête du même côté.

Considérez consulter en chiropratique si:

  • Bébé a une préférence pour maintenir sa tête (toujours à gauche ou à droite);
  • Bébé ne peut relever sa tête et se pousser avec ses avant-bras vers l’âge de trois mois;

Par des manipulations adaptées aux enfants, les soins chiropratiques peuvent permettre de :

  • Favoriser l’alignement, la symétrie et la mobilité des structures articulaires et crâniennes
  • Rétablir la mobilité cervicale
  • Assouplir la musculature cervicale
  • Assurer un développement moteur optimal
  • Assurer un alignement postural adéquat

Le traitement de la plagiocéphalie doit inclure des exercices à la maison et des conseils posturaux. Il est également important de donner des recommandations sur le positionnement optimal de bébé aux parents et à tous ceux qui entourent bébés. Ils sont des alliés essentiels pour obtenir de bons résultats.

Source : Association des chiropraticiens du Québec

chiro-traitement-exercice-etirement-renforcement-proprioception

Vous souffrez de douleurs chroniques ? Que faire ? Conseils de votre Docteur en chiropratique.

chiro-aylmer-chiro-plateau-hull-chiro-gatineau-outaouais

Définition : Une douleur chronique est une douleur persistante qui dure plus de 3 mois.

Que faire en cas de douleur chronique ? Il faut briser le cycle de la douleur en améliorant votre qualité de vie par différents moyens tels que de l’aide professionnel, de l’autogestion de la douleur, hygiène de vie, etc.

Voici différents conseils qui peuvent vous aider :

-Consultez votre chiropraticien. Il procédera à une évaluation globale de votre système neuro-musculo-squelettique (nerfs, muscles et articulations).

-Selon votre condition, le travail en collaboration avec d’autres professionnels de la santé peut être souhaitable (médecin, physiothérapeute, massothérapeute, psychologue, kinésiologie, ergothérapeute, etc).

-Utilisation de moyens non-pharmacologiques tels que :

  • Chaleur humide pour aider pour les raideurs musculaires et articulaires (15-20 min)
  • Glace au niveau des sites de douleur aigue et inflammés (15-20 min)
  • Utilisation d’un TENS à la maison
  • Application de crème analgésiques (Medistik, gel d’arnica, crème de capsaicine, etc)
  • Utilisation d’une canne, marchette, béquille, etc

Pour savoir quand utilisez la glace et quand utilisez la chaleur, cliquez ici.

Maintenez un poids santé. En effet, même un léger surplus de poids met un stress important au niveau de vos articulations du bas du dos, des hanches et des genoux, par exemple.

Bougez. En effet lorsque l’exercice est bien dosé et modéré, cela peut vous aider grandement. Par exemple, la marche, le vélo et la natation sont d’excellent exercices accessibles à la plupart des gens atteints de douleurs chroniques. En cas de doute, consultez un kinésiologue.

-Pratiquez des exercices de souplesse (étirements) et de musculation régulièrement. Cliquez ici pour plusieurs exemples. En cas de doute, consultez votre chiropraticien.

Changer de posture fréquemment. Évitez de rester dans la même position plus de 30 minutes à la fois. Levez-vous fréquemment, allez chercher un verre d’eau, etc. Adopter de bonnes postures au quotidien. Votre corps vous remerciera.

Gérez votre stress, divers exercices de relaxation, de respiration abdominale, de méditation ou la méthode de Jacobson peuvent vous aider. Voici quelques exemples ici.

Faites adapter votre maison par un ergothérapeute, il pourra vous rendre la vie plus facile au quotidien.

-Ayez une bonne routine de sommeil (6-8 heures minimum), voir les conseils ici

-Certains suppléments peuvent potentiellement vous aider tels que la Vitamine D3, le magnésium, la glucosamine, chondroitine, oméga-3, etc. Discutez-en avec votre chiropraticien, votre médecin et/ou votre pharmacien.

-Privilégiez une alimentation anti-inflammatoire, voir les conseils ici

Il n’y a pas de remède miracle. Suivez votre plan de traitement et faites de votre mieux pour améliorer votre hygiène de vie. Bon succès!

Chiropratique, hernie discale et douleur au nerf sciatique

Avez-vous déjà ressenti une douleur de type brûlure ou choc électrique qui irradiait du bas de votre dos jusqu’au niveau de votre fesse, cuisse et/ou de votre jambe ? . Certains patients vont décrire le tout en disant qu’ils ont le nerf sciatique coincé. Voyons plus en détails de quoi il s’agit.

Qu’est-ce que la sciatique?

Le nerf sciatique innerve le membre inférieur sur toute sa longueur, de la région lombaire au talon de chaque pied. On emploie le terme sciatique pour décrire la douleur dans la région de la fesse de la cuisse et/ou de la jambe causée par l’irritation de ce nerf.

Bien qu’une hernie discale est la cause d’une douleur au nerf sciatique (plus souvent hernie discale L4-5 ou hernie discale L5-S1) dans plus de 90 % du temps, il est possible également que vos symptômes soient dû à une compression de ce nerf dû à de l’arthrose (dégénérescence) appelée sténose lombaire ou bien à une compression par le muscle piriforme, un des muscles fessiers. On estime qu’environ 10 à 40 % des gens vivront un épisode de douleur au sciatique au moins une fois dans leur vie.

Chez certains patients, ce type de douleur peut venir également d’une autre cause tel qu’un syndrome facettaire lombaire ou d’un syndrome sacro-iliaque. Seul un examen physique complet permettra d’obtenir le bon diagnostic de votre condition.

Qu’est-ce qu’une hernie discale ?

Commençons par la base : l’anatomie. Entre chaque vertèbre nous avons des coussins appelés disque intervertébral. La partie externe est appelé anneau fibreux (partie rigide) et la partie interne s’appelle noyau pulpeux (gélatineux).

L’hernie discale est une blessure au disque intervertébral où il y a une déchirure de l’anneau fibreux qui permet la sortie du noyau pulpeux vers l’extérieur du disque, ce qui engendre généralement une compression de la racine nerveuse, communément appelé sciatique ou sciatalagie lorsque la douleur se situe au niveau de la jambe. Une hernie discale peut également survenir au niveau du cou (fréquent) ou du milieu du dos (peu fréquent).

Parfois on peut avoir une blessure au disque sans qu’il y ait un contact avec la racine nerveuse, on appelle cela alors un bombement discal. Quoique bien douloureux il n’y a alors pas de douleur sciatique ou névrite sciatique. Il ne faut pas confondre cela avec une douleur au niveau asiatique, comme nous l’entendons parfois, et cela nous fait toujours rire!

Quels sont les symptômes d’une hernie discale et d’une douleur de type sciatique ?

  • Douleur dans le bas du dos et au niveau du bassin (lombo-sacré)
  • Douleur musculaire dans la région du dos ou spasme musculaire
  • Élancement de type brûlure ou choc électrique au niveau du membre inférieur
  • Engourdissement/picotement au niveau du membre inférieur
  • Perte de force musculaire dans la jambe ou le pied
  • Douleur possible lors de l’effort (tousser, éternuer, aller à la selle)

Quels sont les facteurs de risque ?

  • Avoir un travail où on est assis tout le temps
  • Travail dur physiquement (forcer, lever charges lourdes, torsion, etc)
  • Lever des charges lourdes
  • Faire des torsion de la colonne vertébrale
  • Avoir un surplus de poids
  • Tabagisme
  • Individus de grande taille

Diagnostic de votre sciatalgie (douleur au nerf sciatique) à Gatineau, secteur Hull Aylmer

Afin d’obtenir un diagnostic précis de votre condition, votre chiropraticien effectuera une entrevue/anamnèse afin de bien comprendre votre problématique. Ensuite, il procèdera à un examen physique complet incluant : examen postural, neurologique, orthopédique, chiropratique et palpatoire. Des radiographies ou de l’imagerie médicale pourrait être prescrit au besoin. Votre chiropraticien de par sa formation de Docteur en chiropratique est habileté à effectuer un diagnostic chiropratique dans son champ de pratique soit le système neuro-musculo-squelettique.

Bien que plusieurs de nos patients vont nous dire qu’ils ont un disque de déplacé, un nerf pincé ou coincé et/ou une vertèbre de déplacée, il s’agit plutôt d’une façon d’expliquer ses symptômes qu’un réel diagnostic, la plupart du temps.

Traitement de votre blessure discale dans le secteur du Plateau de Gatineau – Comment soulager votre douleur au nerf sciatique

Votre chiropraticien situé dans le secteur Hull Aylmer du Plateau de Gatineau saura vous recommander l’approche multimodale suivante :

  • Manipulations vertébrales (ajustement chiropratique)
  • Mobilisation articulaire
  • Traitement musculaire (pression profonde, massage, trigger point, etc)
  • Prescription d’exercices thérapeutiques (étirement, mobilité, renforcement, etc)
  • Exercices de Mckenzie et de mobilisation neurale (flossing)
  • Cryothérapie (application de glace) ou la thermothérapie (application de chaleur)
  • Thérapies complémentaires (TENS)
  • Stratégie d’autogestion de la douleur (yoga, méditation, relaxation, etc)

La majorité des gens qui ont une hernie discale vont avoir une amélioration significative de leur symptômes à l’intérieur de 3 mois. Seul une infime partie des gens vont souffrir de douleurs chroniques. Les soins conservateurs (chiropratique, physiothérapie, acupuncture, etc) sont démontrés efficaces dans le traitement de la sciatique. Advenant un échec du traitement conservateur, votre chiropraticien pourrait vous prescrire de l’imagerie médicale tel qu’une résonance magnétique ou vous référer vers un médecin pour une consultation et/ou une référence vers un médecin spécialiste. Dans certains cas, une infiltration ou une chirurgie peuvent être proposés chez les cas récalcitrant, cela devrait toutefois être offert en dernière option.

Évidences scientifiques

Une récente étude de cohortes révèle que les patients souffrant d’une hernie discale lombaire symptomatique présentent des résultats similaires lorsqu’ils sont traités au moyen de manipulations vertébrales ou d’injections au niveau de la racine nerveuse. Bien que de plus amples études soient requises, ces résultats sont prometteurs :

Collaboration interprofessionnelle

Au besoin, votre chiropraticien effectuera un suivi avec un autre professionnel de la santé tel que médecin, physiothérapeute, kinésiologue, massothérapeute, podiatre,  acupuncteur, psychologue, ergothérapeute, etc. Cette approche interdisciplinaire permet d’obtenir de meilleurs résultats.

Pour le traitement de votre hernie discale et de votre sciatique, consultez votre chiropraticien! Vous êtes entre bonnes mains.

Clinique Chiropratique des Allumettières

470 chemin Vanier local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222