Archives de catégorie : Notre Blogue

Grande nouvelle! Élections 2018 – Ordre des chiropraticiens du Québec

Félicitations au Dr David Poulin, chiropraticien D.C qui devient administrateur de l’Ordre des chiropraticiens du Québec pour la grande région de Gatineau/Abitibi.

Il a été élu au suffrage universel par ses pairs pour un mandat de 2 ans.

«Il me fera plaisir de veiller à la protection du public via mon nouveau mandat à l’Ordre des chiropraticiens du Québec. Je voudrais remercier mes confrères qui m’ont fait confiance, malgré que je ne suis pas originaire de la région. Au plaisir de vous servir.»

Pour plus de détails : http://www.ordredeschiropraticiens.ca/fr/publications/actualites-sante/les-resultats-des-elections-2018-au-conseil-d-administration-de-l

Chiropratique Sportive : Kinesiotaping – À quoi ça sert, comment ça fonctionne ?

kinesiotaping_chiro_sportif_aylmer_hull_gatineau_bandage

Généralités et particularités de ce type de bandage

Bien qu’il en existe sous plusieurs marques et sous plusieurs couleurs différentes, ce type de taping a été inventé par un chiropraticien japonais en 1979. Ce n’est que plusieurs années plus tard que cette forme de traitement est arrivée en Amérique du Nord, puis popularisée internationalement suite aux Jeux Olympiques de 2008 et 2012. Aux Jeux Olympiques de Rio, en 2016, nous avons pu voir que la tendance se maintien !

La particularité du Kinésiotaping, comparativement à un taping «traditionnel» blanc, est que son épaisseur est similaire à celle de la peau et qu’il ne restreint pas complètement le mouvement de la région blessée. Il s’agit donc d’un support externe qui permet dans la plupart des cas, de rester actif malgré une blessure et cela pour toute la durée de son efficacité, soit environ 3 à 5 jours.  De plus, plusieurs compagnies offrent un produit qui est plus résistant à l’eau, ce qui peut être un avantage selon le sport que vous pratiquez.

Pour moi l’avantage de ce type de bandage est qu’il permet de corriger temporairement un problème biomécanique et cela 24h/24h pour toute la durée où il est appliqué. Par exemple, vous avez mal au genou lorsque vous pratiquez la course à pied. En plus des thérapies manuelles et des exercices de réadaptation, l’application d’un kinésiotaping pourrait être suggérée lors de votre plan de traitement. Dans ce cas, le bandage aura pour fonction de stabiliser la rotule lors de la course, corrigeant ainsi le problème d’alignement (temporairement) jusqu’à résolution complète de votre problème par les traitements et les exercices qui vous ont été recommandés par votre chiropraticien. Vous pourrez donc continuer à pratiquer modérément vos activités préférés, ce qui est très motivant et ce qui permet de garder une bonne santé cardio-vasculaire malgré votre blessure.

Bienfaits reliés à l’application de cette thérapie complémentaire

Voici une liste des bienfaits fournis par les compagnies de Kinésiotaping. Veuillez noter que les résultats sont dépendants de la forme du taping, de la tension utilisée ou bien de l’endroit et de la direction avec laquelle il est appliqué :

  • Par l’étirement au niveau de la peau, il y a une stimulation des récepteurs de la peau et des muscles, ce qui diminue la sensation de douleur (nociception)
  • Soulève légèrement la peau, ce qui améliore la circulation sanguine et le drainage lymphatique ce qui pourrait diminuer l’enflure et optimiser la guérison
  • Peut être utilisé pour relaxer ou inhiber un muscle qui est trop tendu/hypertonique
  • Peut être utilisé pour favoriser la contraction musculaire d’un muscle inhibé/faible  ou pour supporter la musculature
  • Peut être utilisé pour stabiliser une articulation, sans empêcher une restriction complète du mouvement
  • Peut améliorer la posture, la coordination musculaire et la proprioception.

epicondylite_entorse_maux_dos_épaule_tendinite_foulure_chiro

Est-ce que ça fonctionne ? Y a-t’il des évidences scientifiques ?

C’est une question difficile à répondre puisqu’il manque actuellement d’évidences scientifiques. Certaines études montrent des bienfaits, d’autres un effet placebo et pour d’autres il n’y a aucun effet.

Toutefois, je crois que c’est une thérapie peu coûteuse et peu invasive qui amène parfois de très bons résultats chez les patients. Selon moi, il faut l’essayer savoir si cela peut vous aider, sinon d’autres options de traitements sont également disponibles.

Dans certains cas, il est même possible au patient d’appliquer le taping lui-même, une fois que son chiropraticien lui aura démontrer comment l’appliquer.

Quand est-ce que c’est utile, selon votre Chiro!

Personnellement, j’utilise surtout le taping dans deux situations :

  1. Douleur aiguë, j’utilise alors le taping pour protéger et supporter la région blessée
  2. Problème d’alignement ou de posture : j’utilise alors le taping pour améliorer la biomécanique de la région blessée

Voici une liste de conditions qui, selon moi, répondent bien au traitement par taping neuro-proprioceptif :

  • Entorse lombaire, whiplash, torticolis et «dos barré»
  • Raideurs/tensions musculaires
  • Tendinite de l’épaule, du coude, du tendon d’Achille, etc.
  • Problèmes posturaux (enroulement des épaules vers l’avant)
  • Douleurs aux côtes (irritation costo-vertébrale)
  • Entorse de la cheville ou du genou
  • Syndrome fémoro-patellaire (douleur sur la face antérieure du genou)
  • Syndrome de la bandelette ilio-tibiale
  • Et plusieurs autres…

Si vous désirez savoir si votre condition pourrait bénéficier de l’application du kinésiotaping, n’hésitez pas à me le demander directement lors de votre passage à la clinique ou à m’écrire par courriel au chiroallumettieres@gmail.com.


Dr David Poulin, chiropraticien D.C. 

Clinique Chiropratique des Allumettières – Votre chiro dans le Plateau, secteur Hull Aylmer

470 chemin Vanier local 217, Gatineau, Québec, J9J 3J1

819-557-6222 | chiroallumettieres@gmail.com

www.chiroallumettieres.ca

Vous déménagez sous peu ? Voici quelques conseils pour éviter de vous blessez durant votre déménagement 

Conseils de votre chiro pour éviter de vous blessez en déménageant!

 

Saviez-vous qu’un québécois sur cinq (20 %) s’est déjà blessé au dos en déménageant ? De plus, on note en moyenne une absence au travail de l’ordre de 50 jours, ce qui en fait une activité à haut risque de blessure, surtout chez les néophytes.

Il est possible de se préparer à déménager tout en minimisant les risques de blessure, mais pour cela, il faut suivre quelques conseils de base afin d’éviter de vous blesser. Voici quelques trucs qui pourraient vous éviter bien des ennuis.

AVANT :

  • Faites vérifier votre colonne vertébrale ainsi que nerfs, vos muscles et vos articulations (système neuro-musculo-squelettique) par votre Docteur en chiropratique AVANT d’entreprendre une telle activité. En effet, comme le dit le dicton «Il vaut mieux prévenir que guérir».
  • Lorsque vous préparez vos boîtes, utilisez des petites boîtes, de même taille et assurez-vous qu’elles soient bien fermées et scellées.
  • Utilisez préférablement des boîtes avec des poignées et évitez de les surcharger.
  • Assurez-vous de demander de l’aide à un déménageur ou bien à votre famille et/ou amis.

 PENDANT :

  • Échauffez-vous avant de commencer, ceci est bien important afin de préparer votre corps à une telle activité. Une quinzaine de minutes de marche ainsi que certains étirements devraient suffire.
  • N’oubliez pas qu’il est bien important de ne pas être trop pressé, de prendre des pauses régulièrement et de rester hydraté tout au long de la journée.
  • Lorsque vous vous penchez pour soulever une charge, pliez les genoux et non le dos et gardez un creux dans le bas de votre dos. Ensuite, utilisez vos jambes, vos bras et vos abdominaux afin de soulever la boîte.
  • Évitez à tout prix les torsions au niveau de votre dos, pivotez plutôt vos pieds afin d’éviter de vous faire une entorse ou bien une hernie discale.
  • Gardez la boîte le plus près possible de vous et n’hésitez pas à demander de l’aide pour les charges très lourdes. Évitez également de garder la boîte à un niveau plus haut que celui des épaules.
  • Facilitez-vous la tâche en utilisant des sangles et un diable.
  • N’oubliez pas qu’il est beaucoup plus facile de pousser les gros objets plutôt que les tirer.
  • Facilitez votre travail en dégageant les escaliers et les aires de circulation. Vous pouvez également enlever les portes qui vous gênent.
  • Dans un escalier, la personne la plus forte devrait être en bas afin de contrôler le rythme.

APRÈS :

  • Vous êtes raides le lendemain matin et vous pensez vous être blessé ? Appliquez de la glace à raison de 10-15 minutes et cela, aux deux heures. Changez de position fréquemment et reposez-vous. Ne mettez surtout pas de la chaleur, ce qui pourrait augmenter l’inflammation.
  • Vous avez toujours mal après 48 heures ? Il est temps de consulter votre chiropraticien afin d’évaluer le tout, d’obtenir un diagnostic précis de votre condition. Des traitements personnalisés et adaptés à votre condition pourront être prodigués afin de diminuer la douleur, d’augmenter votre mobilité et d’optimiser votre guérison. D’autres conseils et/ou exercices vous seront suggérés en fonction de votre condition. Avec votre chiropraticien, vous êtes entre bonnes mains.

Dr David Poulin, chiropraticien D.C.

Clinique Chiropratique des Allumettières – Gatineau secteur du Plateau de Hull Aylmer

http://chiroallumettieres.ca – 819-557-6222 

 

Sources : 

-Association des chiropraticiens du Québec
-Radio-canada : «http://ici.radio-canada.ca/sujet/demenagement/2013/05/29/003-demenagement-blessure-truc.shtml»

Quelle est la différence entre l’arthrite et l’arthrose ? Qu’est-ce que la chiropratique peut faire pour vous ?

arthrose chiro plateau gatineau aylmer hull

Il faut d’abord savoir que l’arthrose (ou ostéoarthrite) est la forme la plus fréquente des 100 différentes formes de maladies arthritiques regroupées sous le terme «arthrite». Elle touche plus de 3 millions de Canadiens et affecte autant les femmes que les hommes. Bien qu’elle puisse survenir à tout âge, le risque d’en être atteint augmente en vieillissant, bien que d’autres facteurs soient également en cause.

Bien des gens consultent un chiropraticien afin d’en avoir l’heure juste sur l’état de leur colonne vertébrale, dont la mobilité et l’alignement peut être affectée par l’arthrose.

 

 

L’arthrose est caractérisée par l’usure graduelle du cartilage au niveau d’une ou de plusieurs articulations, amenant ainsi un certain frottement des os les uns contre les autres. Le cartilage est une forme de tissu qui recouvre, entre autres, l’extrémité de deux os qui s’articulent ensemble. Il agit comme un amortisseur et assure la fluidité du mouvement de l’articulation. Les cellules du cartilage, qui sont très peu vascularisées, sont nourries par diffusion, c’est-à-dire qu’il est important qu’il y ait une mise en charge dans l’articulation afin que le cartilage puisse être en bonne santé. D’où l’importance de garder une belle mobilité articulaire via l’activité physique ainsi que les soins chiropratiques.

Voyons maintenant les différentes formes d’arthrite ainsi que les principaux symptômes qui y sont reliées.

Arthrose primaire et secondaire

L’arthrose primaire est la forme d’arthrose la plus commune. C’est une forme d’usure qui survient avec le temps, sans aucun incident déclencheur précis. Bien que la majorité des personnes souffrant d’arthrose ait plus de 65 ans, il existe bien d’autres facteurs de risques et peut se retrouver plus tôt durant l’âge adulte. Elle touche principalement les articulations suivantes :

  • Colonne cervicale (surtout le bas du cou C5-C7 car plus de stress à ces niveaux)
  • Colonne lombaire (surtout le bas du dos L4-S1 car plus de stress à ces niveaux)
  • Articulations des hanches (également appelé coxarthrose)
  • Articulations des genoux (également appelé gonarthrose)
  • Articulations des doigts et du pouce (jointures élargies et enflées)

L’arthrose secondaire est une forme d’arthrose qui peut être attribuée à une cause particulière. Par exemple, une blessure sportive, un traumatisme, des blessures de surutilisation ou d’autres maladies peuvent toutes mener à l’arthrose. Par exemple, la rupture d’un ligament ou d’un ménisque au niveau de votre genou vous met plus à risque de souffrir d’arthrose. Même chose pour un hockeyeur qui encaisse des blessures récidivantes aux épaules. Elle peut être reliés à des maladies telles que le diabète, des problèmes neurologiques, d’autres formes d’arthrite, etc.

Quels sont les principaux symptômes reliés à l’arthrose ?

 Les gens qui souffrent d’arthrose vont souvent ressentir plusieurs des symptômes suivants :

  • Raideurs matinales au niveau des articulations atteintes (durée ≤ 30 min)
  • Raideurs dues à  l’inactivité prolongée (s’asseoir longtemps, être couché longtemps etc.)
  • Douleur et/ou chaleur et/ou enflure au niveau des articulations
  • Sensation de crépitement (impression qu’il y a du sable dans ses articulations) ou bien des craquement répétés.
  • Douleur variant selon la température ou la pression atmosphérique
  • Des engourdissements ou une brûlure au niveau des membres (si atteinte du cou ou du bas du dos) consécutif à l’atteinte des racines nerveuses

Il faut noter toutefois que l’arthrose n’est pas caractérisée, dans la plupart des cas, par des crises inflammatoires, qui sont plus fréquentes dans les autres formes d’arthrites, telles que l’arthrite rhumatoïde.  Également, notez que la douleur n’est pas directement reliée au niveau d’arthrose. Certaines personnes peuvent avoir beaucoup d’arthrose et très peu de douleur et d’autres personnes peuvent avoir peu d’arthrose et des douleurs très intenses!

Voilà, j’espère avoir démystifié certains aspects concernant l’arthrose. Dans mon prochain article, vous apprendrez quels sont les différents facteurs de risque ainsi que les divers traitements disponibles. Vous saurez ainsi comment mettre toutes les chances de votre côté afin d’éviter l’usure au niveau de vos articulations! À bientôt.


Dr David Poulin, chiropraticien D.C. – Clinique Chiropratique des Allumettières, votre chiro dans le Plateau de Gatineau, secteur Hull Aylmer. 

http://www.chiroallumettieres.ca  – 819-557-6222

Nouveautés à la clinique – Chiropraticien Aylmer du Plateau de Gatineau / Hull

Chères patientes, chers patients,

Bonjour, si vous ne le saviez toujours pas, nous avons depuis quelques mois une massothérapeute à la clinique, Mme Louise Rousseau. Que ce soit pour des tensions musculaires ou des raideurs articulaires, Louise peut vous aider. Pour plus de détails sur ses services, je vous invite à visiter sa biographie ainsi que les différents services qu’elle offre.

Vous voulez combinez vos soins chiropratiques avec de la massothérapie ? Quelle bonne idée! Nous vous conseillons alors de commencer par un 15 minutes avant ou après votre traitement, afin de dénouer les tensions au niveau de vos muscles et votre chiropraticien s’occupera de redonner de la mobilité et un meilleur alignement au niveau de votre colonne vertébrale et vos autres articulations.

Également, veuillez prendre notre de notre nouvel horaire que nous avons élaborés suite à vos nombreux commentaires :

Lundi : 09h-12h (Dr Gauthier, chiropraticien) et 14h-19h30 (Dr Gauthier et Louise)

Mardi : 14h-19h30 (Dr Poulin et Louise)

Mercredi : 09h-12h (Dr Poulin et Dr Gauthier, chiropraticiens) et 14h-19h30 (Dr Gauthier et Louise)

Jeudi : 14h-19h30 (Dr Poulin et Dr Gauthier, chiropraticiens)

Vendredi : 09h-12h (Dr Poulin et Louise sur demande) et 14h-19h30 (Dr Poulin et Louise)

Samedi : Nous allons essayer d’en offrir un minimum de 1 sur 2 à partir de février, en essai (Dr Poulin, sur demande seulement).

Vous avez des commentaires ou des suggestions à nous faire ? N’hésitez pas à nous écrire au chiroallumettieres@gmail.com

Bonne journée!

Dr David Poulin, chiropraticien D.C. – Votre chiropraticien dans le Plateau de Hull / Aylmer, à Gatineau.

Maux de dos ? Tendinite ? Entorse ? Doit-on appliquer de la glace ou de la chaleur ?

 

chiropratique-chaleur-glace-inflammation-douleur-cou-maux-de-tete

Le fameux débat qui n’en est pas réellement un…

C’est une question qu’on me pose tous les jours à la clinique et je vais tenter aujourd’hui de vous répondre le plus précisément possible. Vous est-il déjà arrivé de vous blesser en faisant un faux mouvement ou encore en soulevant une charge lourde? Que ce soit pour des maux de dos, une tendinite à l’épaule, une entorse de la cheville et bien d’autres, peut-être que vous avez pensés à appliquer de la chaleur ou de la glace sur la région endolorie. Mais en fait, quand doit-on mettre de la glace plutôt que de la chaleur et comment doit-on en faire l’utilisation ? Voyons le tout plus en détails.

L’application de glace, quand et comment ?

Il est important de savoir que lorsque nous nous blessons, une réaction inflammatoire se produit au niveau de la blessure, surtout dans les premiers 24 à 72 heures. L’inflammation est un phénomène normal qui est impliqué dans le processus de guérison. Toutefois, il arrive que le niveau d’inflammation prenne des proportions importantes, engendrant par le fait même de la douleur intense, de l’enflure et parfois de la rougeur. Il faut par contre comprendre que l’inflammation est un processus important et nécessaire, afin d’amener une guérison rapide et optimale, toutefois, il faut la contrôler pour ne pas retarder la guérison!

Le meilleur moyen de contrôler le niveau d’inflammation au niveau de la blessure est d’appliquer de la glace. Elle agira de façon locale, ce qui sera beaucoup plus bénéfique, dans de nombreux cas, que la prise d’anti-inflammatoire non stéroïdien (ex. ibuprofène (ex. advil). La glace engendre une diminution de la dimension des vaisseaux sanguins au site de la blessure, permettant ainsi une diminution de la quantité de cellules inflammatoires. Elle va également provoquer une analgésie, ce qui amènera une diminution de perception de la douleur. Le résultat final sera une diminution de la douleur et de l’enflure. Toutefois, les applications de glace ne devraient pas dépasser 10 à 15 minutes selon le lieu de la blessure et une période d’une heure à deux devrait séparer chaque application de glace. Lorsqu’on parle d’appliquer de la glace, cela peut-être des cubes de glace (moins pratique), un sac en gel réutilisable (le plus facile et le moins coûteux, car il peut aussi être chauffé), ou bien un sac de légumes congelés (ex. petits pois). Idéalement, la glace doit être enveloppée dans une serviette mince, légèrement mouillée, pour ainsi éviter tout contact direct entre la glace et la peau tout en permettant une application en profondeur. On peut également procéder à un massage de glace, votre chiropraticien pourrait vous enseigner cette méthode si elle pouvait vous être utile! Notez toutefois que le sac magique n’est ni assez froid, ni assez chaud pour avoir un effet thérapeutique intéressant!

Toutefois, l’inflammation est le processus qui permet la réparation du corps, il faut donc éviter d’user trop fréquemment de méthodes anti-inflammatoires, sans quoi la guérison du corps pourrait en être affectée.

L’application de chaleur, quand et comment ?

La chaleur est utile pour diminuer les tensions et les spasmes musculaires, pour diminuer la douleur 72h après l’apparition d’une douleur, etc. Par exemple, après un entraînement physique intense, les muscles peuvent être quelque peu endoloris. L’application de chaleur dans ce cas peut aider à vous sentir mieux. Elle permettra un meilleur apport en oxygène et aidera à éliminer les métabolites (déchets) des muscles. Par contre, il faut comprendre que durant les 72 premières heures, c’est complètement contre-indiqué, cela va augmenter l’inflammation ainsi que la rougeur, douleur, enflure, etc.

Nous vous conseillons d’utiliser un sac en gel, une bouillotte, durant 10-15 minutes, à effectuer aux deux heures au maximum. Comme pour la glace, il est préférable d’envelopper le tout dans une serviette mince et de la mouiller légèrement. La couverture chauffante est moins intéressante puisque la pénétration dans les tissus est moins grande. Pour ce qui est du sac magique, il est ni intéressant pour la chaleur, ni pour le froid, puisqu’il agit moins en profondeur que les autres modalités.

Les bains de contraste, c’est quoi ?

C’est l’utilisation, en alternance, de la chaleur et de la glace, qui est utilisée afin de diminuer l’enflure qui peut persister suite à une blessure, par exemple, lors d’une entorse de la cheville. On utilise habituellement une chaudière d’eau froide et une autre d’eau chaude. C’est une modalité qui peut être utilisée après quelques jours d’application de glace et de repos. Votre chiropraticien pourra vous enseigner cette méthode si cela est applicable dans votre cas.

En conclusion :

Il n’est toutefois pas toujours facile de déterminer si nos inconforts sont causés par la présence d’inflammation ou encore par des tensions musculaires. Mon conseil est le suivant: en cas de doute, faites toujours l’application de glace plutôt que l’application de chaleur, ainsi vous ne pourrez vous aggraver. De façon générale, l’application de glace n’augmentera pas vos douleurs, ce qui n’est pas le cas pour la chaleur. Dans tous les cas, si l’application de glace ou de chaleur augmente vous inconforts, cessez l’utilisation immédiatement et consultez un docteur en chiropratique. Il saura vous conseiller judicieusement.

ATTENTION!

Si après avoir fait l’application de glace (10-15 minutes/heure pendant 24 heures) vos inconforts sont toujours présents, contactez votre docteur en chiropratique. Ceci pourrait indiquer que votre blessure est plus importante que vous ne le pensiez. Les soins chiropratiques et les exercices que pourront vous donner votre chiropraticien favorisent une guérison plus rapide de vos blessures et une diminution des risques de récidives.

Clinique Chiropratique des Allumettières

Dr David Poulin, chiropraticien D.C.

Votre chiropraticien à Aylmer, dans le Plateau de Gatineau

819-557-6222 – www.chiroallumettieres.ca

10 raisons de choisir un Docteur en Chiropratique

chiro-aylmer-chiro-plateau-hull

  1. Notre approche est préventive : En effet, vous pouvez consulter un chiropraticien même si vous n’avez aucune douleur ou inconfort. Notre approche vise à garder une belle mobilité et un bon alignement au niveau de votre colonne vertébrale et de vos autres articulations, le tout afin de minimiser l’impact des stress de la vie quotidienne et de vous permettre de maximiser votre potentiel de santé.
  2. Nous obtenons notre doctorat après 5 ans d’université : Le doctorat universitaire est le seul diplôme permettant d’accéder à la pratique de notre profession, tout comme chez nos collègues médecins, dentistes, optométristes et vétérinaires. Cette formation permet aux professionnels de la santé de poser un diagnostic avant de poser tout acte thérapeutique, ce qui est très important pour la prise en charge du patient. Le programme de Doctorat en chiropratique cumule un total de 2382 heures de formation théorique et 2587 heures de formation pratique.
  3. Notre approche est sécuritaire : Étant donné que nous posons un diagnostic, nous nous assurons que la personne soit un bon candidat aux soins chiropratiques et cela, en fonction de notre entrevue initiale, de notre examen physique et des tests spécialisés (prise et l’analyse des radiographies ou de l’imagerie avancée). De plus, la pratique de la chiropratique est réglementée par l’Ordre des chiropraticiens et les techniques utilisées ont été démontrées scientifiquement comme étant sécuritaires lorsqu’exécutées par une personne qualifiée comme votre chiropraticien. Nous sommes les mieux formés en ce qui à trait à l’apprentissage et l’exécution des manipulations vertébrales et articulaires.
  4. Nous sommes régis par l’Ordre des Chiropraticiens du Québec : Son mandat est la protection du public. Elle s’assure que ses membres soient adéquatement formés et reçoivent de la formation continue (obligatoire sur une base annuelle). Un syndic est d’ailleurs présent de façon à s’assurer que le public soit protégé, ce qui n’est pas le cas chez certains thérapeutes qui n’ont pas d’ordre professionnel et qui ne sont pas réglementés. Avec votre chiropraticien, vous êtes entre bonnes mains.
  5. Nous contribuons à la réduction des maladies professionnelles : En effet, nous aidons au quotidien de nombreux travailleurs aux prises avec des troubles musculo-squelettiques (TMS) en lien avec leur travail. En effet, les mouvements répétitifs, le travail en posture assise, le fait de lever des charges lourdes et d’adopter des mauvaises postures (par exemple; devant un poste l’ordinateur) sont tous des facteurs de risques aux TMS. De plus, certaines études démontrent qu’il y a moins d’absentéisme au travail chez les patients qui consultent en chiropratique et que ceux-ci sont généralement en meilleure santé et ont moins besoin de prendre de médicaments ou de subir des chirurgies que la population en générale.
  6. Nous avons plusieurs approches et techniques pour optimiser votre santé : Les chiropraticiens sont en mesure d’adapter les soins afin de pouvoir traiter les gens de 0 à 100 ans, que ce soit pour soulager, corriger ou prévenir diverses conditions. En plus des traitements chiropratiques traditionnels, d’autres formes de traitements tels que l’application de glace/chaleur, du travail musculaire, l’application de taping sportif et bien d’autres peuvent être utilisés par votre chiropraticien. De plus, des exercices d’étirement et de renforcement vous seront probablement suggérés.
  7. Les sportifs, les femmes enceintes, les enfants peuvent nous consulter : Les soins sont adaptés et personnalisés à la clientèle qui nous consulte. De plus, chaque étape de la vie peut avoir un impact sur la colonne vertébrale, aussi bien s’en occuper dès maintenant, afin d’éviter des problèmes dans le futur. Chaque personne a des besoins propres et nous nous efforcerons de personnaliser nos soins afin de répondre à vos objectifs.
  8. Nous sommes vos conseillers en saines habitudes de vie : La raison d’être de la chiropratique est le recouvrement et le maintien de la santé humaine. Les chiropraticiens considèrent l’être humain dans sa globalité et tiennent compte de ses pouvoirs naturels de récupération. Divers conseils en lien avec l’alimentation et l’activité sportive pourraient vous être donnés afin d’optimiser votre santé et votre bien-être. Votre chiropraticien doit être vu comme étant un partenaire de choix dans l’atteinte de vos objectifs santé.
  9. Nous traitons bien plus que les maux de dos : Les gens nous consultent principalement pour les douleurs au dos, mais nous traitons tout ce qui est neuro-musculo-squelettique donc tout ce qui a rapport avec les nerfs, les muscles et les articulations. Par exemple, nous pouvons vous aider si vous souffrez de douleurs au cou, torticolis, maux de tête/migraine, arthrose, douleurs aux extrémités (épaule, genou, etc.), épicondylite, tendinites, bursites, entorse de la cheville, blessures sportives, problèmes posturaux, engourdissements, etc. Vous pouvez également consulter en prévention, afin d’éviter l’apparition de ces divers problèmes.
  10. Nos résultats sont appuyés par la science : Notre profession existe depuis plus de cent ans et celle-ci a été validée à de nombreuses reprises par la littérature scientifique. Au Québec, deux chaires de recherche à l’Université du Québec à Trois-Rivières permettent de publier de nombreux articles scientifiques chaque année. Au total, environ une dizaine de chaires de recherches chiropratiques existent en milieu universitaire au Canada. Au final, les manipulations vertébrales (ajustements chiropratiques) ont été démontrées efficaces dans le traitement de nombreuses conditions dont la lombalgie (douleur bas du dos), cervicalgie (douleur au cou), céphalées (maux de tête) et migraines.

Et vous, qu’attendez-vous ? Appelez-nous dès maintenant pour prendre rendez-vous! 819-557-6222. Votre chiropraticien à Aylmer et dans le Plateau de Hull à Gatineau. 

Qu’est que le bruit de «craquement» que l’on entend lors d’un traitement chiropratique ?

Contrairement à la croyance populaire, le fameux bruit de craquement associé à certaines formes de traitements chiropratiques ne proviennent pas directement des os. Ce bruit, appelé cavitation, survient lors de l’ajustement chiropratique. Il n’est pas douloureux et il est sécuritaire, bien qu’il puisse surprendre lors de la première visite.

L’ajustement chiropratique est une procédure thérapeutique précise qui amène un étirement des tissus mous entourant l’articulation (muscles, tendons et ligaments). Lors de cet étirement, il y a un changement de pression à l’intérieur de l’articulation. Il y a alors un phénomène de succion et la libération d’un gaz, principalement le gaz carbonique. C’est la libération de ce gaz qui amène le bruit de cavitation. Le bruit paraît plus fort au niveau de la région cervicale (cou) tout simplement puisque les oreilles sont près du cou.

Plusieurs techniques chiropratiques n’impliquent toutefois pas de cavitation et sont aussi efficaces. Par exemple, les ajustements qui sont effectué avec un outil tel qu’un Activateur (en anglais appelé Activator) ou d’un appareil nommé Impulse. On peut également utiliser une table avec une partie appelé «drop» de façon à effectuer une manipulation de façon plus douce. Autre exemple, les soins apportés aux bébé n’impliquent aucune cavitation mais plutôt des pressions légères. Votre Docteur en chiropratique adaptera ses soins à votre condition ou selon vos préférences.

Pour plus de détails, nous vous invitons à regarder le vidéo suivant, tiré du site de l’Ordre des chiropraticiens du Québec. Bon visionnement!